Mélissa Dagenais : Du travail à la récompense

Le parcours remarquable d’une joueuse de la Rive-Sud


 

À l’aube de sa troisième saison dans le circuit universitaire aux États-Unis, nous avons rencontré Melissa Dagenais, une gardienne de but ayant fait ses gammes sur la Rive-Sud avant de poursuivre son rêve à l’étranger depuis déjà deux ans. Dans l’entretien qu’elle nous a accordé, Melissa a eu l’amabilité de repasser avec nous son parcours au Québec ainsi que ses débuts à Miami.

 

C’est à l’âge de 8 ans que Mélissa commence au C.S St-Hubert au poste de défenseur avant de se réorienter à 11 ans au poste de gardienne de but. C’est précisément à ce moment que la joueuse a changé de club afin de rejoindre l’AS Brossard et grappiller plus de temps de jeu à son nouveau poste. Après un passage de deux ans, la prometteuse gardienne de but s’est ensuite dirigée vers Pierrefonds où elle a connu une progression fulgurante et où elle a été nominée au Tapis Rouge du soccer québécois en u15 avant de recevoir ultimement en 2017 le gant d’or, mention attribuée à la meilleure gardienne de but. En 2018, alors que le Québec s’apprêtait à former sa première ligue semi-professionnelle, c’est au FC Sélect, l’équipe qui représente la Rive-Sud, que Mélissa a choisi de continuer son parcours, elle qui se dit avoir un fort attachement à la région :

 

 

''J’ai adoré représenter la Rive-Sud puisque j’ai un fort sentiment d’appartenance. Je connaissais déjà Marcelo (Corrales, DT ARSRS) et Daniel (Courtois, entraîneur gardiens de but ARSRS) et j’ai aimé travailler avec eux dans le passé, donc mon choix était évident. L’équipe a très bien performée et c’était une très belle expérience, j’ai même pu côtoyer Cindy Walsh (équipe technique ARSRS) et apprendre d’elle.

 

Parallèlement à son parcours avec le FC Sélect, Melissa évoluait aussi sous les rangs du Collège Champlain où son équipe et elle ont remporté les nationaux durant la saison 2018-2019, avant de rejoindre l’équipe de l’Université de Miami à la saison 2019. À cet effet, la joueuse de 20 ans nous a partagé ses difficultés ainsi que les différences majeures auxquelles elle a dû s’adapter en atterrissant en Floride :

 

 

''Ma première année a été la plus dure, j’étais loin de la maison et c’était ma première expérience à l’extérieur où je devais vivre seule. J’ai eu le mal du pays au bout de 5 mois. Je m’attendais à commencer quelques matchs, mais la réalité était différente puisque je n’ai pris part qu’à cinq matchs de présaison avant de passer la saison sur le banc. C’était dur mentalement, mais j’ai travaillé d’arrache-pied afin de détrôner la gardienne titulaire.

La principale différence entre les États-Unis et le Québec, c’est que c’est une mentalité vraiment intense et sans travail il n’y a pas de récompense. Le volume des entrainements est très imposant, mais il faut être prêt pour ça. À ma deuxième année, j’ai changé ma mentalité et j’allais aux pratiques pour m’améliorer le plus possible. Mon travail a fini par porter fruits puisqu’avec toutes les sessions d’entrainements supplémentaires que je faisais, j’ai pu gagner la mention ACC defender of the week et ainsi, gagner peu à peu ma place au sein de l’effectif''.

 

 

Finalement, Mélissa avait un message pour les jeunes joueuses qui aspirent un jour à poursuivre leur carrière de joueuse à l’extérieur :

''Le meilleur conseil que je puisse donner aux joueuses, c’est de mettre tous les efforts possibles et avoir confiance en soi, même si on se lance dans l’inconnu. Il faut aussi faire des sacrifices, évidemment, mais il faut surtout vraiment tenir à son sport. On doit donner beaucoup à l’extérieur pour en avoir un peu sur le terrain''.

 

Nous souhaitons une excellente saison remplie de succès personnels à Melissa ainsi qu’une saison collective aboutie !

 

 

Samy Seggar
Adjoint aux communications
ARSRS. 

 

Suivez-nous

Dernières nouvelles